dimanche 25 mars 2012

La rédemption du Berserker – Highlander 2 de Karen Marie Moning


Editions J’ai Lu

Résumé :

La très belle Jillian Saint-Clair se destine au cloître. Elle n’aime qu’un seul homme, Grimm Roderick, qui l’a toujours ignorée.
Impatient de marier sa fille, Gibraltar Saint-Clair décide d’inviter au château trois soupirants : le noble Quinn, le cynique Ramsay et… Grimm.
Mortifiée que ce dernier l’ait de nouveau rejetée, Jillian décide de le rendre fou de jalousie. Elle ignore que Grimm est un Berserker, un guerrier légendaire d’une force surhumaine…mais pas tout à fait humain.

Mon avis :

Ah, il n’y a que Karen pour réussir, à chaque fois, à nous faire aimer les écossais du 16ème siècle, comprenez crasseux. Même quand ils reviennent du champ de bataille, ils restent tellement sexy qu’on veut leur sauter dessus alors que le bon sens voudrait que, d’abord, on les lave à la javel.
Grâce à Karen, on a de l’homme, du vrai : sale, le cheveux long, le tutu en laine…pardon, le kilt en laine, l’haleine parfumé au whisky et le caractère fougueux (que certains diraient « de merde »)…et on l’aime cet homme de fiction alors que dans la réalité, on préférait faire vœu d’abstinence.
Y’a pas à dire, l’auteur est très forte. Vraiment, Tan, tu ne sais pas ce que tu loupes !

Rentrons un peu plus dans les détails : Jillian a 21 ans et n’est toujours pas mariée (donc vierge et pure comme se doit d’être l’héroïne parfaite) au grand dam de ses parents.
Attention, elle n’est pas moche ou folle (et non, elle n’a pas non plus d’herpès génital puisque je vous dis qu’elle est vierge et pure !). Jillian est belle comme un rayon de soleil et tout le monde admire son esprit. Notre héroïne reste célibataire car depuis toujours, elle est amoureuse de Grimm…Grimm, enfant sauvage (demi-frère de Mowgli ?) qu’elle a recueillit étant petite et qui l’a (lâchement) quitté il y a quelques années.
Jillian préfère prendre le voile plutôt que d’en épouser un autre…ça c’est ce qui s’appelle de la fidélité à toute épreuve, elle ne fait pas dans la demi-mesure, je vous l’accorde.
Grimm est partit car il est en fait un Berserker, une sorte de Hulk écossais : un super guerrier avec des supers sens (et non, pas de cape) qu’il ne vaut mieux pas embêter.
Persuadé que c’est une malédiction (des suites d’un traumatisme d’enfance…on en revient toujours au fondement de la psychologie), il a fuit pour ne pas faire subir tout cela à sa Jillian d’amour.

Mais, le père de Jillian a décidé qu’il fallait qu’elle se case et qu’elle lui ponde des petits-enfants. Aussi, il profite d’un voyage avec sa femme pour faire venir trois hommes qui seront chargés, en son absence, de courtiser Jillian et de la convaincre que le mariage, c’est trop top !
Nos trois compères sont : Quinn (le blond un peu con), Ramsay (le méchant, bah oui, il est habillé tout en noir) et Grimm (mais quelle surprise !). Commence alors un vaste jeu de séduction de « Qui veut épouser Jillian ? ».
En parallèle, des choses étranges se passent autour du château…C’est vraiment en bruit de fond car l’essentiel est que Jillian et Grimm finissent ensemble (genre, vous ne l’aviez pas vu venir !).
Et là, Karen, elle ne rigole pas avec ça : l’amour doit triompher de tout, oui de tout ! Quelque soit l’obstacle mis sur la route ! Une belle-mère sadique ? Elle tombe malencontreusement dans une crevasse qui vient de s’ouvrir sous ses pieds. Un héros avec une haleine de poney ? Il découvre les bienfaits de la menthe et des sprays buccaux. Un éléphant enragé attaque le château ? Il finit en kebab servit le jour du mariage…Vous avez saisit le concept.

L’histoire est entendue et sans réellement de surprise mais on apprécie le développement, les personnages et l’amour qui exsude de toutes les pages.

Au niveau des personnages, si Grimm remplit très bien son rôle de héros torturé. L’héroïne, Jillian m’a grandement énervée au début. Aucun amour propre ! On lui parle comme à un chien et elle en redemande en souriant bêtement.
Un peu de fierté que diable ! Mets-lui au moins une gifle au lieu de rester la bouche en cul de poule. Heureusement, dans la deuxième partie du roman, elle se reprend et devient plus intéressante.

Quand aux personnages secondaires, ce que j’aime chez l’auteur, c’est le soin qu’elle met à les définir. Elle sait en faire des piliers importants qui sont un vrai plus pour l’histoire.
Ici, j’ai beaucoup aimé Kayley et Zeke qui, chacun à leurs manières, contribuent à l’intrigue et à montrer certaines facettes de nos deux héros.

C’est donc un deuxième tome bien sympathique, qui s’inscrit bien dans la saga même si le monde de la Faërie est absent.
Il ne faut pas en attendre plus que ce qu’il peut vous offrir sous peine d’être déçu. C’est de la romance paranormale qui s’adresse aux fans du genre.
J’ai passé un bon moment avec car, même si je n’adore pas la romance, l’auteur a un petit quelque chose en plus qui fait la différence pour moi.

J’ai hâte de lire la suite qui, visiblement, voit le retour d’Adam…

Défi : auteur nord-américain vivant 

Dispo dans ma boutique! 

2 commentaires:

  1. J'en ai entendu parler, je n'ai pas encore lu cette série par contre =)

    RépondreSupprimer
  2. Faut pas hésiter si on aime le kilt!

    RépondreSupprimer